Procédure de traitement des risques


La première disposition à mettre en place par un risk manager pour traiter les risques est la définition d’un plan de gestion de risques et sa budgétisation. Cette étape est indispensable au management afin qu’il réfléchisse aux opportunités ainsi qu’aux risques auxquels l’organisation est confrontée.
 Le processus de planification aide à coordonner les efforts des différentes parties prenantes dans et en dehors de l’organisation. Il aide à définir une politique cohérente en matière de gestion des risques. Il aide enfin à définir les buts et les objectifs et à préciser la contribution de chaque membre de l’organisation.
La définition du plan est le moment où non seulement il s’agit de définir l’organisation de la gestion des risques (comité gestion des risques, définition des missions dévolues à chaque membre de l’organisation, etc.), mais aussi le temps où le risk manager fait la démonstration de sa plus value.
Son plan est d’autant mieux accepté qu’il réussit à impliquer le plus grand nombre de personnes possibles et qu’il montre l’intérêt économique de sa démarche.
Par ailleurs, la réalisation du plan suppose que celui-ci fonctionne de manière dynamique, évoluant au gré des transformations de l’organisation et des modifications stratégiques apportées par le management. Parallèlement, si ce plan s’adapte au fil du temps, il doit faire également évoluer les habitudes et la stratégie du management.
Source : Françoise Giraud, Olivier Saulpic, Management control and performance processes, Paris, Gualino éditeur, 2005, p. 188.

Dans ce cadre, le travail du risk manager peut se résumer alors en cinq points d’après Head et Horn (George L. Head et Stephen Horn,traduit et adapté par Jean-Paul Louisot, Les fondements de la gestion des risques, Paris, Carm Institute, 2004, p. 229) :
 • assister les dirigeants pour l’élaboration de la politique générale en matière de risques ; 
• planifier, organiser, animer et contrôler les ressources du service de gestion des risques ; 
• assister les responsables opérationnels pour la mise en œuvre locale de politique de la gestion des risques ; 
• travailler avec les responsables opérationnels pour la définition des responsabilités et actions de leurs subordonnés en la matière et participer aux efforts de motivation nécessaires ; 
• maintenir le programme à jour en l’adaptant aux évolutions de l’organisation.

Publier un commentaire

0 Commentaires