Le concept de supply chain, chaine logistique globale


On peut définir la supply chain de la manière suivante :
La
supply chain est le processus global de satisfaction des clients par la création d’une chaîne de valeur qui intègre de façon optimale l’ensemble des acteurs à l’origine de la réalisation d’un produit ou d’une famille de produits.
On a coutume de dire que la
supply chain crée une chaîne de valeur qui commence chez le fournisseur du fournisseur du fournisseur… et qui se termine chez le client du client du client…
La démarche consiste donc à mettre en œuvre une gestion globale fondée sur l’apport de valeur à un produit depuis la production des matières premières jusqu’à la distribution chez le client final.

Le but recherché est une meilleure maîtrise des fournisseurs (et des fournisseurs des fournisseurs) et des clients (et des clients des clients…), afin d’amé-liorer la qualité de la prestation globale proposée au consommateur final.
L’un des objectifs primordiaux qu’on peut évoquer dès maintenant est pour les entreprises de la chaîne de trouver le moyen de travailler véritablement ensemble et efficacement, et on verra que cela crée de nombreuses difficultés.
On doit le cœur du concept de
supply chain à Michaël PORTER et à son analyse de la chaîne de valeur qui, selon lui, est un moyen d’impliquer l’ensemble des acteurs qui contribuent à la création de valeur aux différents stades de la mise sur le marché d’un produit, dans le but ultime d’accroître la profitabilité des entreprises.
Cette idée doit, selon nous, être complétée par l’apport de Peter H
INES, qui considère que la chaîne de valeur peut être analysée en partant du produit souhaité par le client final. L’ensemble de la chaîne logistique peut alors être emonté à rebours, et le profit réalisé n’est que la résultante de l’exécution
optimale du processus destiné à satisfaire le client final.
En résumé, on voit donc deux idées forces ressortir de ces deux analyses omplémentaires : pour créer une chaîne logistique efficace, il faut partir du client et créer une chaîne de valeur à rebours jusqu’au premier producteur de matières.

  
La création de la chaîne de valeur que doit constituer la supply chain n’est possible que si l’on s’appuie sur les éléments de structuration clés, constitutifs de celle-ci, à savoir les processus des entreprises. La démarche ne peut être tournée que vers l’amélioration des processus majeurs. Cela implique la prise en compte permanente du client, la disparition des frontières entre fonctions,
un regard transversal sur les entreprises qui implique le personnel, les technologies et l’information. On doit donc avoir un ensemble d’organisations centrées sur les processus qui représentent une succession d’activités ajoutant de la valeur au produit.


Processus et approche théorique Pour bien comprendre où se situent les leviers d’actions d’une supply chain, il nous paraît intéressant de revenir quelques instants sur les notions d’activités et de processus. Selon Philippe LORINO1 : « Nous appellerons activité tout ce que l’on peut décrire par des verbes dans la vie de l’entreprise : tourner, fraiser, assembler, négocier un contrat, qualifier un fournisseur, monter une campagne promotionnelle, préparer un budget, émettre des factures, visiter un client, traiter des commandes…
« Une activité est un ensemble de tâches élémentaires :
réalisées par un individu ou un groupe d’individus ;faisant appel à un savoir-faire spécifique ;homogènes du point de vue de leur comportement de performance ;permettant de fournir un output bien précis, qu’il soit matériel ou immatériel ;à un ou plusieurs clients identifiables, internes ou externes ;à partir d’un panier de ressources. »
Une activité devra donc être très étroitement liée à ce qui se passe réellement dans le fonctionnement de l’organisation, elle devra être accessible à tous les acteurs quel que soit leur niveau de responsabilité, et elle devra permettre une base de travail efficace pour analyser les causes de la performance ou de la non-performance dans l’organisation.
Malheureusement, elle correspond à une maille trop fine de découpage de l’entreprise, trop éloignée des enjeux stratégiques de l’organisation et de la supply chain ; il est donc nécessaire de regrouper les activités sous forme de 
processus associés aux chaînes de valeur stratégiques des entreprises constituant la supply chain.
Selon ISO 9000-2008, un processus peut être défini comme un « ensemble d’activités ».
La définition selon la norme ISO 9000 de processus est : « Ensemble d’activités corrélées ou interactives qui transforme des éléments d’entrée en éléments de sortie. »Note 1 : les éléments d’entrée d’un processus sont généralement les éléments de sortie d’un autre processus.
Note 2 : les processus d’un organisme sont généralement planifiés et mis en œuvre dans des conditions maîtrisées afin d’apporter une valeur ajoutée.
On peut donc observer différents processus dans les entreprises plus ou moins importants selon la stratégie définie au niveau de la
supply chain. Citons, par exemple, le processus de développement de nouveaux produits, le processus commercial, le processus logistique, le processus de facturation…
C’est sur les processus clés de création de valeur des organisations la constituant que la
supply chain va s’appuyer pour améliorer son fonctionnement.
La structuration en processus est donc essentielle à la constitution de la 
supply chain
Les préconisations de la norme ISO 9001:2008 sont tout à fait à l’ordre du jour au niveau des chaînes logistiques globales.

Publier un commentaire

0 Commentaires